Coucher de Soleil sur la Grande Ile

Séjour Spécial PHOTO : 14 jours

Prendre le temps d’admirer, chercher la bonne lumière, se poser, attendre, rêver, s’accommoder, ouvrir ses yeux et apprécier, s’endormir puis se réveiller au paradis, un lémurien sur le bras et une tortue dans l’objectif.

Réserver

Circuit découverte

  • Nombre de jours : 14
  • Profil des rencontres : Ethnies Antakarana et Sakalava pêcheurs
  • Régions visitées : centre et nord de l’île
  • Environnement : ville, campagne et mer
  • Patrimoine : deuxième plus belle baie au monde
  • Dates conseillées : d’avril à décembre

Les points forts 

  • Découvrir Nosy Iranja et ses plages de sable blanc
  • Admirer l’une des plus belles baies du monde
  • Nager avec les tortues
  • Découvrir la réserve de l’Ankarana et ses petits Tsingy
  • Figer la vie des pêcheurs à Diego.
  • Contempler le coucher de soleil sur la plage de Ramena
  • Immortaliser les lémuriens sur des îles paradisiaques
  • Photographier le caméléon panthère à Nosy Be
  • Admirer le coucher de Soleil au Mont Passot

 Apartirde_photoLes tarifs

Tarif tout compris dont 8% (hors aérien) reversés à nos partenaires locaux et 15 € de compensation carbone.

 

Séjour Circuit Découverte – Spécial Photo

Terre de contrastes, de rencontres et d’émotions ; terre de lumière avec éclairages uniques : Madagascar est inévitablement une contrée que l’on souhaite immortaliser.
La Grande Île est une terre d’instants magiques que l’on essaye de retranscrire partager et photographier. Nous vous proposons un séjour en compagnie de Pierre Koval, guide et photographe amateur, vivant à Madagascar depuis 2011. Pierre est un personnage unique, haut en couleur qui vous fera partager ses émotions et son amour inconditionnel de l’Île Rouge.
Pierre au travers de ce périple qu’il a lui-même concocté, vous guidera vers des paysages grandioses, des rencontres insolites et des sourires à n’en plus finir. Pierre n’est pas avare de conseils techniques, qu’il vous fournira tout au long de votre séjour.

Séjour Circuit Découverte – Spécial Photo

  • Nosy komba Madagascar
  • Pierre Koval Madagascar
  • Lémurien Sikafa de Madagascar
  • séjour photo Grandes Latitudes à Madagascar

Descriptif de votre séjour

Etapes du circuit

Pour un descriptif complet du parcours, cliquez ICI

Ce circuit enthousiasmera les passionnés de photos.

Jour 1 et 2 : Diego (Antsiranana)
Installation à la case Fafaly. Le soir, depuis Nosy Lonjo le célèbre îlot en pain de sucre de la baie de Diego-Suarez, vous admirerez le coucher de soleil sur cette baie qui est la deuxième plus grande au monde après celle de Rio de Janeiro.

Jour 3 : Visite des 3 baies en bateau
Elles sont en réalité 4 : la baie des pigeons, la baie des dunes, la baie des tortues et la baie des Sakalava. Les plages de sable blanc et les eaux turquoises; la faune et la flore offrent un véritable paysage de carte postale. Pique-nique en cours de route à la baie des Sakavala.

Jours 4 et 5 :  Ankarana à 110 km – 4h30 de route
Visite de Diego-Suarez afin de découvrir son architecture coloniale. Puis vous prendrez la route pour les tsingys rouges au paysage étrange qui méritera quelques beaux clichés.
Dans le magnifique cadre des tsingys rouges vous admirerez la flore et vous pourrez côtoyer lémuriens et oiseaux. Vous terminerez la soirée « chez Laurent » qui se trouve aux abords du parc d’Ankarana.

Jour 6 : Ankify et Nosy Be – 120 km – 3h de route
Par la route puis par bateau, vous rejoindrez Nosy Be, la plus grande des îles ancrées à l’ouest des côtes malgaches. Vous serez conduits par la route au mont Passo d’où vous dominerez la forêt, deux lacs sacrés et le canal du Mozambique.

Jour 7 : Nosy Iranja – 1h30 de bateau
Départ le matin pour une traversée de 1h30 qui vous conduira à Nosy Iranja qui est composée de deux îles, Iranja Kely et Iranja Be. Elles sont reliées par une bande de sable praticable à marée basse. Nosy Iranja est surnommée “ l’île aux tortues ”. Le repas se prendra dans le village de pêcheurs et une promenade vous mènera sur les hauteurs de l’île. Au retour, vous ferez escale par la plus petite île de Madagascar, Nosy Antsoha abritant des lémuriens dont le sifaka et le lémur fauve.

Jour 8 : Nosy Tanikely et Nosy Komba – 40 mns de bateau
Départ le matin pour l’île de Nosy Ambariovato qui porte également le nom de Nosy Komba. Vous reprendrez la mer pour rejoindre la minuscule île Nosy Tanikeky qui possède de remarquables fonds marins érigés en réserve naturelle.

Jour 9 : Tour de l’île de Nosy Be
Visite des cultures d’Ylang Ylang dont la distillation de la fleur permet d’obtenir cette huile essentielle bien connue. Vous gagnerez ensuite la rhumerie et le marché d’Hell Vile pour finir par la cascade de Nosy Be.

Jour 10 : Journée libre
Jours 11 et 12 : Ankaranafatsika – 600 km – 8h de route
En route pour une visite de ce parc pour y découvrir la richesse de sa faune et de sa flore et dont un canyon abrite des cheminées de fée.
Découverte de la forêt sèche où les lémuriens et le canyon sont à l’honneur puis tour du lac où abondent les oiseaux.

Jours 13 et 14 : Antananarivo – 440 km – 8h de route
Hébergement à l’hôtel Belvédère. Visite de la haute ville et de ses monuments avec vue panoramique sur la capitale. Achats de souvenirs et retour en France.

 

 

Case en Falafy

case-en-falafyOasis au centre du village de pêcheurs de Ramena, dans la région de Diego Suarez, et située à 70m de la mer et d’une des plus belles plages de sable blanc de la région nord de Madagascar, la Casa en Falafy vous réserve un accueil chaleureux au milieu de la Baie de Diego-Suarez.

logo_trip_advisor

Chez Laurent

chez laurentCampement populaire à l’entrée du Parc d’où il offre une belle vue. Les bungalows sont situés en face de l’entrée du parc de l’Ankarana.

logo_trip_advisor

Le Belvédère

belvedere nosibeL’hôtel Au Belvédère, situé sur un promontoire qui domine la baie, est le lieu de séjour idéal pour jouir pleinement de cet endroit idyllique et dans la meilleure tradition malgache. C’est un balcon sur la mer : six chambres avec vue. La Villa du Belvédère est posée entre mer et jardins. L’architecture, très originale, montre ici aussi toute l’attention portée à l’environnement.

logo_trip_advisor

Restauration

fruits_et_legumes_malgachesLa découverte culinaire à Madagascar est un voyage en soi où le riz est l’ingrédient principal de base servi à chaque repas. Chaque région malgache possède ses propres spécialités qui font appel aux ressources locales.
En malgache, manger se dit « mihinambary » ce qui signifie littéralement manger du riz qui représente 60 % de l’alimentation quotidienne. Ce riz est accompagné par le «laoka » qui est une sorte de sauce. Dans les hauts plateaux, cette sauce est à base de tomates, les zones côtières utilisent le lait de coco tandis que dans le sud et l’ouest c’est le lait de zébu, frais ou caillé qui est préféré.

langouste1Au fil des siècles, les épices (vanille, poivre, cannelle et bien d’autres ) ont enrichi la gastronomie malgache qui reflète les influences des migrants venus d’Asie, d’Afrique, d’Inde, de Chine et de France.

plat-restauration-2

Toujours accompagnés de riz, on peut citer quelques plats emblématiques de la cuisine malgache comme le « romazave », sorte de pot au feu ou le « rougail » un mélange à base de tomates concassées auquel, selon les régions sont ajoutés oignon, ail, piment et gingembre. Ce mélange accompagne aussi bien des saucisses que du poisson. On peut aussi ajouter le « ravitoto » aux feuilles de manioc doux, pilées, cuites avec de l’ail et de la viande porc. Sans oublier le pain et le foie gras local.

« mazotoa homana  ! » autrement dit “bon appétit”

pancarte-madagascarTransport

 

Le réseau routier malgache

Lorsque vous étudiez le programme des séjours que nous vous proposons, vous ne pouvez que vous étonner du temps qui est consacré aux transferts. C’est ainsi que pour vous rendre de Tananarive à Antsirabe qui sont distant de 170 km vous comptez quelques 4h. de route, soit un peu plus de 40km./h. Durant votre séjour, n’espérez pas de moyenne horaire supérieure à 50 km/h.
Cela s’explique par l’histoire du réseau routier malgache.

Le 23 avril 1895, le corps expéditionnaire français, fort de 25 000 hommes débarque à Majunga. Ce n’est que le 30 septembre suivant que Tananarive capitule. La troupe aura mis près de 5 mois pour parcourir 550 km sans avoir rencontré de grande résistance, mais perdu 4 500 hommes pour cause de maladie contre 25 morts au combat. Cette lenteur et ces difficultés s’expliquent par l’absence totale de route. Les échanges étaient tributaires de sentiers soumis aux aléas du relief et des intempéries et le port des marchandises se faisait à dos d’homme.

tuktuk

Dès 1897, l’administration coloniale française organise les premières voies de communication. Elles ne se développent vraiment qu’à partir de 1901 sous l’impulsion du général Galliéni.
Aujourd’hui, selon les chiffres officiels, le réseau routier s’étend sur, environ, 49 000 km dont seulement un peu plus de 3,5 % est goudronné. Toujours selon ces renseignements, en 2014, 10 % des routes était en bon état, 28 % dans un état moyen et 64 % en mauvais état. Bien qu’étendu, ce réseau routier est d’une faible densité ce qui amène dans beaucoup d’endroits l’enclavement du monde rural avec toutes les répercussions économiques que cela entraine.

4X4-petitCe sont plusieurs facteurs qui contribuent à cette dégradation et à cet état précaire. À la vétusté des routes malgaches et l’absence d’entretien s’ajoutent les conséquences des catastrophes naturelles comme les cyclones et les inondations.

Le gouvernement malgache ne consacre que 8 % de son budget aux infrastructures. À cet investissement s’ajoutent les aides de l’Union européenne, de la Banque Mondiale et de la Banque africaine de développement. Cela n’empêche pas le réseau routier malgache à continuer à se détériorer.

trois_tarifs_photo

Tarif tout compris dont 8% (hors aérien) reversés à nos partenaires locaux et 15 € de compensation carbone

30% de réduction pour les enfants de moins de 2 ans
15% de réduction pour les enfants de 2 à 12 ans

Les tarifs peuvent subir une variation due au prix de l’aérien.

Personne seule : nous contacter

La répartition budgétaire

.

Faire du tourisme solidaire, c’est pratiquer des tarifs de manière équitable. C’est pour cela que nous avons choisi la transparence sur nos prix. Une partie du prix de votre séjour est directement reversée à notre association locale Grandir à Antsirabe, qui permet de financer nos projets de lutte contre l’enfance des rues.

Les tarifs présentés :

Comprennent :

  • Transport aérien sur compagnie régulière au départ de Paris.
  • (Départ de province : nous consulter). Accueil aéroport ;
  • La pension complète pendant le séjour ;
  • Les visites et les activités mentionnées au programme ;
  • Les déplacements sur place (minibus et 4×4 privé conduits par un chauffeur
    professionnel) ;
  • L’ adhésion à l’association (nécessaire pour bénéficier des assurances RC
    professionnelles) ;
  • Garantie financière souscrite auprès de l’APST ;
  • L’assurance Responsabilité civile / Individuelle accident / Assistance /
  • Rapatriement (contrat souscrit auprès de la MAIF) ;
  • Une contribution à notre fond de solidarité ;
  • Une compensation carbone pour le transport aérien ;
  • Une bouteille d’eau minérale par jour et par personne..

Ne comprennent pas :

  • Les augmentations de taxes d’aéroports facturées par les compagnies du fait des hausses du prix du carburant ;
  • L’assurance annulation facturée en option (4,80%) ;
  • Les frais médicaux et pharmaceutiques (voir paragraphe « Santé / Frais médicaux ») ;
  • Les pourboires et gratifications divers et les dépenses personnelles ;
  • Les boissons.

Un séjour classique ?

Non, un séjour solidaire !

Au cœur de nos séjours, c’est toujours la rencontre qui est omniprésente. Nous cherchons effectivement à donner du sens à vos vacances, mais nous avons à cœur de penser aussi à votre détente. Les hébergements reviennent souvent dans vos questions. Notre sélection repose sur le même principe que tout le reste de votre séjour : C’est un outil de rencontre, de découverte du patrimoine local  qui valorise ses salariés et qui contribue au développement local.

Le solidaire au coeur de nos séjours

fillettes-antsirabeGRANDIR A ANTSIRABE

Notre tourisme est  un levier économique pour le développement local et  les projets Grandir à Antsirabe le démontrent.
Depuis 2007, ses actions œuvrent pour les enfants en situation d’exclusion (Appui aux écoles primaires et renforcement, Renforcement des capacités de la société civile et Aide aux familles en situation d’exclusion)
Grâce à la contribution de plus de 1000 voyageurs partis avec Grandes Latitudes, nous avons aujourd’hui au cœur de notre ONG local plus de 5000 bénéficiaires sur nos différentes structures.

 

Notre guide photographe : Pierre Koval !

Photo_pierre_droneEntre Pierre et Madagascar, c’est une histoire d’amour qui dure depuis près de 20 ans. Passionné d’image, aussi bien photo que vidéo, il a beaucoup voyagé à la recherche d’animaux endémiques pour les immortaliser sur pellicule, ainsi que des paysages qui le hantaient depuis son enfance. Le commandant Cousteau et Nicolas Hulot y sont pour beaucoup. En 2013, il a décidé de s’impliquer au sein de l’association Grandir Ailleurs en temps que chargé de communication. Un an plus tard, on lui a proposé de développer les circuits nationaux pour Grandes Latitudes. Spécialiste du nord de Madagascar, il vous conseillera au mieux pour observer l’animal rare et réussir le cliché parfait du coucher de soleil.

Partenaire %22Florin%22 Guide au parc de l’Ankarana

photo_FLORIN sejour photoGuide depuis plus de 12 ans à l’Ankarana, Florin est le guide avec qui il faut visiter le parc. Il connaît les cachettes des lémuriens comme sa poche, autant que la grotte de l’Ankarana. Il a aussi de grandes connaissances en plantes médicinales et il vous racontera de nombreuses histoires et légendes qui peuplent cette région. Si vous désirez admirer le coucher de soleil sur les Tsingys, il se fera un plaisir de vous guider à la nuit tombante à la sortie du parc, où vous croiserez probablement un ou deux lémuriens nocturnes dont le fameux Microcébus. Originaire de Diego Suarez, il travaille sur le port de Diego, auprès de sa famille, en dehors de la saison touristique, pendant la saison des pluies.

Informations sur le pays

  • conseils pratiques
    Fiche pratique
  • En savoir plus sur Madagascar
  • Nos projets soutenus